Intégrer le tourisme durable à la dynamique de l’ESS

 

 

2017, c’est l’année du tourisme durable, comme l’a déclaré l’ONU. Une excellente nouvelle pour tous ses acteurs. Une occasion en or de promouvoir leurs démarches et leurs engagements.

Pourtant, le tourisme durable demeure peu visible. Il peine à s’imposer comme modèle de développement durable. Alors comment faire pour inverser cette tendance et créer des synergies efficaces ?

SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT

Selon moi, il faut que le tourisme durable coupe le cordon avec son milieu naturel. Créer des synergies entre acteurs du tourisme, c’est bien. Fédérer autour des valeurs et des engagements du tourisme durable, c’est nécessaire. Organiser des initiatives et des campagnes de sensibilisation au tourisme durable, c’est super. Concevoir et mettre en place des labels de tourisme durable, c’est indispensable.

Mais tout cela ne suffit pas à imposer le tourisme durable comme un modèle de développement économique des territoires, performant et respectueux de l’environnement.

ESS ET TOURISME DURABLE, UN MARIAGE DE RAISON ?

La nécessité d’une ouverture à d’autres horizons a été évoquée par Guillaume Cromer dans son discours d’ouverture de la 3ème édition des Universités du Tourisme Durable, les 3 et 4 octobre 2017 à Clermont-Ferrand. Selon lui, il est grand temps pour les acteurs du tourisme durable de se tourner vers les nouveaux modèles proposés par l’économie solidaire et sociale (ESS).

Pour ma part, je constate au quotidien la proximité des valeurs et des engagements que partagent ces deux secteurs d’activité.

Rédactrice et auteure d’un guide de tourisme durable (Guide Tao Pays basque, éditions Viatao, 2016), j’ai installé mon bureau au sein de la Ruche Denfert, espace de coworking collaboratif installé au cœur des Grands Voisins, à Paris. J’y côtoie chaque jour des acteurs de l’ESS animés par la volonté d’inscrire le social et la solidarité au sein du développement économique des territoires. Du social, de la solidarité, de l’économie et du local ? Mais dites donc, tout cela n’est pas sans rappeler les engagements du tourisme durable.

DES VALEURS COMMUNES

ESS et tourisme durable partagent effectivement bien des valeurs communes :

  • l’environnement : respect de la nature et de la biodiversité, réduction de l’impact de l’activité sur l’environnement
  • le social : une finalité visant l’intérêt général, intégration des parties prenantes à un projet collectif
  • l’économique : création d’activités et d’emplois sur le territoire.

Ces deux secteurs d’activités s’inscrivent dans une démarche de développement durable privilégiant les circuits courts et un ancrage local. Tous deux permettent de développer une activité économique équitable, dans le respect de l’environnement et des hommes.

Pour booster la construction d’un monde durable, créons toujours plus de partenariats et d’échanges entre acteurs engagés. Construisons davantage de ponts entre acteurs du tourisme durable et acteurs de l’ESS. L’intelligence collective est plus que jamais nécessaire.