Le tourisme durable, on s’y met en 2017

Bonne nouvelle !

2017 va célébrer le tourisme durable, partout sur la planète.

Comment ne pas s’en réjouir dans une période où l’écologie et la solidarité peinent à s’imposer ?

En l’espace de 50 ans, l’ONU a promu par 3 fois le tourisme, comme vecteur de paix et de changements positifs.

  • 1967, année internationale du tourisme comme passeport pour la paix
  • 2002, année internationale de l’écotourisme
  • 2017, année internationale du tourisme durable pour le développement

Le tourisme durable à l’honneur

L’ONU et l’OMT ont donc fait de 2017, l’Année Internationale du tourisme durable pour le développement.

Mais attention pas n’importe quel développement. Ici développement rime avec durabilité.

Le tourisme représente 12% du PIB mondial et 8% de l’emploi. Il génère un flux de 900 millions de touristes dans le monde.

C’est un des secteurs socioéconomiques les plus importants de notre époque. Il connaît une très forte expansion.

Il était donc important de souligner, en cette année 2017, le potentiel de ce secteur en matière de création de prospérité et de bien-être pour tous.

Le tourisme durable, pourquoi c’est bien ?

Ben, parce que le tourisme durable s’appuie sur trois piliers essentiels :  l’économie, l’humain et l’environnement.

Et aussi parce qu’il affiche des valeurs fortes. Solidarité, respect de l’environnement mais aussi de l’homme.

Au niveau économique, le tourisme peut participer à la croissance, à la création d’emplois décents et d’opportunités commerciales équitables.

À l’échelle sociale, il peut aider des millions de personnes à sortir de la pauvreté et à améliorer leurs conditions de vie, notamment par le développement de circuits courts et locaux, efficaces et rentables pour tous. Il est aussi en mesure de contribuer à l’égalité des genres et de favoriser les échanges inter culturels, et ce au niveau planétaire.

Du point de vue environnemental, il peut participer à la préservation des écosystèmes et de la biodiversité ainsi qu’à la protection du patrimoine naturel et culturel.

Prise de conscience et promotion des bonnes pratiques

En 2017, plus question d’ignorer ou de nier l’impact des voyages et du tourisme sur la société et sur l’environnement.

Alors on se met aux voyages responsables, garants d’un développement durable.

En France, l’ATD (association des Acteurs du tourisme durable) a décidé de s’engager plus que jamais.

Elle fait connaître les bonnes pratiques de ses membres. Elle les incite à améliorer et à développer encore leur offre.

Que ce soit à l’autre bout du monde ou dans les régions françaises, on ose le voyage durable qui ne rime ni avec austérité, ni avec manque de confort ni avec folles dépenses.

Pour découvrir des tas d’adresses durables, aux 4 coins du globe,

En forme de clin d’œil, mention spéciale au Guide Tao Pays basque, un voyage écolo et éthique, paru en avril 2016… et dont je suis l’auteure.

2 commentaires

  1. Michèle Henrot sur 13 avril 2017 à 11 h 38 min

    Merci vivement Christine pour ton site très instructif & le guideTao basque, véritable mine de trouvailles oxygénantes.
    En découle un weekend pascal sur les chemins de ton beau pays que nous sommes impatients de retrouver.
    A la belle adresse de la Villa ARGI EDER à ST-JEAN-DE-LUZ : la situation, la simplicité, la mer, le calme sont déjà luxe & volupté !

    Avec toi par la pensée. Amitiés évidemment durables !



    • christine sur 2 mai 2017 à 13 h 52 min

      Merci Michèle ! Ravie que vous ayez pu profiter des adresses du Guide Tao Pays basque ! Au plaisir de s’y retrouver la prochaine fois.